OK ATTENTION !!

Ce que tu vas lire va changer ta vie !

 

Ok ok, je m’emballe MAIS c’est totalement justifié.

Aujourd’hui, sujet spécial femme (désolée messieurs, ou bienvenu.e.s à tous ceux qui s’intéressent aux menstruations de leurs femmes !) : les serviettes hygiéniques lavables.

Je suis très heureuse de parler aujourd’hui de ce sujet qui me tient vraiment à coeur ♥

J’ai longtemps été complexée (par un peu tout à vrai dire, mais ce n’est pas le sujet), et je n’ai jamais vraiment osé parler de « trucs de filles » ou toutes choses un peu embarrassantes qui t’arrivent quand t’es au collège/lycée et qui en fait sont simplement NATURELLES ! Si tu as encore du mal avec ça ou d’en parler librement, c’est ok.

En fait, si j’ai choisi de t’en parler, c’est parce que ce petit bout de tissus a changé mes règles. J’ai toujours eu des douleurs pendant cette période et le fait d’avoir tous ces jolis motifs autour de moi m’a permis d’« apprécier » ce moment. Je sais, ça peut paraître bête et naïf mais je ne pourrais jamais te décrire à quel point je le vis mieux aujourd’hui. J’ai « hâte » de choisir mes motifs (notamment quand j’ai de nouvelles SHL) et de voir que « c’est super, je n’ai aucune tâche avec ma routine de lavage ». Si tu m’avais dit que je serais comme ça il y a quelques années, je ne t’aurais jamais cru, moi la fille qui pouvait passer des après-midis pliée en deux sur le canapé. Aujourd’hui, je me sens plus détendue et confiante et (j’ai moi même du mal à y croire) je suis persuadée que c’est en partie grâce aux SHL (et comme on dit dans le développement personnel : « ne me crois pas, expérimente le ! »)

→ Pourquoi choisir une protection lavable ?

  • Confort

Fini cette sensation de peau contre du plastique, je peux t’assurer qu‘il n’y a rien de plus agréable que le contact avec du coton. Personnellement, j’ai aussi senti moins d’humidité. Malgré le gel absorbant ajouté aux jetables, je me suis sentie plus au sec en lavable.

En plus du côté confortable, tu auras moins chaud car la couche imperméable extérieure est respirante et donc laisse passer plus d’air que les serviettes jetables.

Un confort pour ta santé également, la composition d’une SHL est simple et elle est (presque) toujours détaillée sur les sites. Du moins, tu sais que c’est du tissus et qu’il n’y a pas tel ou tel produit chimique recomposé et décomposé pour absorber encore plus.

As-tu déjà essayé de savoir ce que contient une serviette jetable ?

  • Economie

La durée de vie moyenne d’un protection lavable est de 4-5 ans environ. Je pense qu’avec une bonne routine de lavage, on peut pousser un peu plus.

  • Environnement

C’est ce qui m’a fait basculé du côté de la force !

Une serviette jetable se décompose entre 500 et 800 ans (source). Et quand on sait que dans un cycle, une femme en utilise entre 30 et 50 en seulement 1 mois ! Imagine le tas de déchet de toutes les serviettes jetables que tu as utilisé au cours de ta vie…

  • Esthétique

Quelle chance de trouver de jolis imprimés pour égayer ces moments qui ne sont pas toujours faciles.

Aujourd’hui, nous avons la chance de vivre une vie « facile » avec toutes les moyens éléctroménagers et textiles mis à notre disposition. Pas de langes, de rivière où aller faire sa lessive, des informations accessibles en un clic, alors pourquoi continuer à utiliser d’un objet dépassé ? Le plastique, c’était fantastique à une époque, aujourd’hui, on est passées à autre chose ! 🙂 

Et puis, franchement, c’est pas mieux de voir ça pendant une semaine ? 🙂

→ Comment prendre soin de tes protections lavables ?

Tout d’abord, une serviette lavable se change aussi souvent qu’une jetable, tout dépend de son niveau d’absorption.

Une fois retirée, elle peut être pliée et rangée dans une pochette imperméable (respirante), en attendant un retour à la maison, ou être rincée tout de suite.

Pour le lavage, les serviettes, c’est comme les couches. Ok, je pensais pas dire ça un jour. Non, ce ne sont pas des couches, mais il faut les laver comme les couches lavables. C’est mieux ! (Je te prépare d’ailleurs un petit article sur les couches lavables, si ça t’intéresse !)

  • Rinçage à froid (important car l’eau chaude cuit le sang)
  • Lavage en machine à 40° max.
  • Eviter le sèche linge (la partie imperméable est fragile) ou sur un cycle très délicat

Pour le rinçage, tu peux les rincer directement sous le robinet ou les faire tremper 1h dans de l’eau froide et ensuite presser pour bien rincer (cette technique consomme moins d’eau).

Entre le rinçage et le lavage, je stocke dans un seau ouvert dans ma salle de bain. Il est important d’avoir un contenant aéré (ça peut être une petite panière aussi). Attention, je ne veux pas te faire peur en disant ça, mais si tu stockes dans un endroit fermé (genre poubelle) ou dans de l’eau (qui est donc stagnante), ça va favoriser le développement de bactéries et potentiellement de moisissures.

Tu as la flemme de tout rincer ?

  • Tu peux rincer celles de la journée le soir
  • Tout rincer à la fin du cycle
  • Ou ne pas les rincer du tout et faire un cycle à froid juste avant le cycle normal à 40°. Par contre, il faudra que le tambour de ta machine à laver soit rempli au moins à la moitié pour qu’il y ait assez de frottements.

Personnellement, je suis de l’école « rinçage immédiat » : je rince dès que je peux. Ca évite les tâches persistantes, selon moi. MAIS j’ai déjà discuté avec des femmes qui faisaient le rinçage en machine et qui n’avaient pas de soucis de tâches.

Fais un décrassage de temps en temps : (genre tous les ans)

Le mot est un peu cru mais il peut être utile de faire un décrassage de temps en temps. C’est à dire, plonger tes SHL dans un bain de percabonate de sodium (c’est un agent blanchissant) afin d’éliminer non seulement les tâches, mais aussi les particules qui se sont logées dans les fibres des tissus et qui empêchent la bonne absorption.

Bien évidemment, avec une bonne routine, on n’a pas besoin de décrassage, dans l’absolu. Mais je pense que ça peut être utile car ça rend aussi le tissus plus « souple », moins rêche et ça permet de « repartir sur de bonnes bases » pour l’année. C’est à toi de voir si ça te paraît utile.

Comment procéder ?

Remplis un seau d’eau chaude (au moins 40° car c’est à cette température que le percabonate agit) mais pas trop chaude, pour ne pas abîmer le PUL (partie plastique et imperméable de la serviette) et ajoute ton percabonate à raison de 2 cuillères à soupe pour 4L d’eau.

Laisse agir au moins 1h (4h max, attention au PUL).

Rincer abondamment à l’eau tiède/froide selon la température de l’eau du seau. Ensuite, tu peux faire un rinçage (+ essorage) en machine puis un cycle avec de la lessive.

Normalement, un bain devrait te régler les « problèmes » mais il est possible que tu doives en faire un autre derrière.

Et les voilà toutes pimpantes !

3 marques différentes et une même taille (23 cm)

Entre le travail et la maison, tu peux les transporter dans un wetbag à double ouverture. Je m’explique.

Un wetbag, c’est un sac dans lequel tu pourras stocker tes serviettes usagées, sans avoir la crainte que ça déborde. Il est cousu avec la même matière que le dessous de la serviette (PUL), qui est donc un tissus imperméable et respirant. La double ouverture sert simplement à avoir un compartiment « sec » et un compartiment « humide ».

Je te montre les miens pour exemple : 

Marque canadienne « Lya »

Marque canadienne « Ambum »

→ Pourquoi choisir une marque certifiée ?

Comme on l’a vu plus haut, une des raisons de choisir une protection lavable est pour son confort. Dans ce confort, j’englobe le confort « invisible » qu’est la composition du produit.

Une marque qui utilise des matériaux certifiés permet d’avoir une protection sûre : pas de produits chimiques caca donc une protection plus respectueuse du corps humain et de l’environnement.

  • Le label bio°

Un label bio est une certification délivrée par un organisme public ou privé. Il garantit principalement l’absence de pesticides dans les produits et les cosmétiques ainsi que la présence quasi-inexistante d’OGM (différent selon les chartes) mais aussi la qualité et la traçabilité d’un produit issu de l’agriculture biologique destiné à la vente.

plus d’infos sur ce lien)

  • Le label GOTS* (Global Organic Textile Standard)

Un produit textile détenant l’étiquette GOTS « biologique » doit contenir au moins 95 % de fibres biologiques certifiées tandis qu’un produit avec l’étiquette « composé de fibres biologiques » doit contenir au minimum 70 % de fibres biologiques certifiées.

(*plus d’infos sur ce lien)

Mais attention, ne culpabilise pas. Acheter une serviette à une marque qui n’utilise pas de tissus certifiés, c’est ok. Ca sera quand même toujours mieux que les serviettes jetables.

Et si c’est fabriqué en France, c’est encore mieux !

Voici ci-dessus ma marque française préférée « Plim ». Elle utilise du joli coton GOTS face à nous (toujours plus agréable quand on va aux toilettes !).

Voici les différentes tailles « principales » : (de gauche à droite) Protège slip (18 cm), médium (20 cm), plus (23 cm) et max (de nuit, 28 cm).

Il existe une taille juste avant la taille de nuit mais je la trouve trop longue pour le jour.

→ Questions fréquentes 

  • Je peux utiliser une SHL en complément de la cup ?

Oui, bien sûr. C’est même une bonne raison de commencer à utiliser des protections lavables.

  • Combien de serviettes ai-je besoin ?

Tout dépend de ton flux. Je dirais qu’il t’en faut entre 5 et 15, si tu veux être minimaliste. Personnellement, j’en ai bien plus que ce qu’il ne m’en faut : je peux faire un cycle entier sans faire de machine (oups). Je te conseillerais juste d’avoir assez de protèges slips, c’est quelque chose que tu peux utiliser en dehors des cycles donc toujours bon à avoir sous la main !

  • Pourquoi les tâches persistent ?

Ton sang peut être plus acide pendant certains cycles (à cause du stress, de l’alimentation, etc.). La routine de lavage est donc très importante (surtout le rinçage à froid).

Si tu as des tâches : tu peux utiliser un savon détachant, sans produits toxiques, ou les faire sécher au soleil (la partie imperméable est fragile, ne pas la laisser exposée trop longtemps).

Tu peux également faire un décrassage au percarbonate de sodium (voir explications plus haut ↑).

  • Pourquoi « ça déborde » ?

La seviette n’est peut-être pas adaptée au flux, vérifie son niveau d’absorption ou change la plus régulièrement. Certaines marques peuvent utiliser des matériaux moins absorbants que d’autres.

  •  De quel côté je dois placer ma SHL ?

Tout dépend de la marque. Certaines ont de jolis motifs côté absorbant et une membrane imperméable unie. D’autres ont l’inverse. Il vaut mieux te référer à la personne à qui tu les as achetées. Mais, pour info, la membrane imperméable est en plastique donc elle doit faire « un peu de bruit » quand tu la touches.

As-tu déjà essayé les protections lavables ? Dis nous en commentaire ce que tu en penses !

Et rendez-vous bientôt pour un tuto…