J’ai eu beaucoup de fausses croyances avant de commencer la couture. Au bout de moultes années, j’ai réussi à ne plus écouter mes petites voix négatives mais ça n’a pas été facile.

J’ai toujours été quelqu’un de créatif. Plus jeune, je créais des histoires, je tissais des bracelets, je m’amusais avec mes perles et mes scoubidous. Et je me souviens que j’ai toujours voulu apprendre la couture. Nous avions planifié mon premier projet avec ma maman, quand j’étais au collège. Je voulais coudre un sac simple. Nous avions coupé le patron, choisi le tissu mais ça n’est jamais allé plus loin. Le temps passé à faire tout ça m’avait ennuyé et puis la vie avait finalement repris le dessus.

Quand j’ai eu mon premier appartement, je me suis mise au tricot. Puis j’ai appris le crochet et même la teinture de laine. C’est aussi à ce moment là que j’ai acheté ma première (et unique) machine à coudre. Comme quoi, ça me trotte dans la tête depuis un moment

Ce qui m’a finalement lancée, c’est l’arrivée de ma fille. J’ai eu envie de lui coudre plein de choses : des lingettes, des bavoirs, des sorties de bain, des vêtements, etc. D’un coup, j’avais une bonne raison de me lancer et mes croyances se sont petit à petit effacées. J’ai laissé de côté mes voies négatives qui me disaient que je n’allais jamais y arriver seule et que je n’allais jamais coudre une pièce à la hauteur de mes espérances.

C’est Maud du blog Livres Sur Ordonnance qui m’a inspiré ce sujet. Elle a organisé un carnaval d’articles sur le thème “ces fausses croyances qui ont limité ma croissance”. C’est un sujet qui m’a beaucoup parlé et je me suis dit que ça serait intéressant de te partager mon expérience en couture.

Mais comment passer outre ces fausses croyances en couture, que je remarque pourtant si tenaces et ancrées en nous ?

Batch Sewing - Organisation de l'espace de travail

Comment faire taire nos voix négatives ?

Faire taire les voix négatives peut être un défi, mais c’est une étape importante pour rester positive et avancer dans tes projets. Cela peut avoir un effet positif considérable sur ta couture et sur ton plaisir à pratiquer cette merveilleuse activité. Cela t’aidera également à commencer, si tu ne penses pas en être capable. Voici quelques astuces pour t’aider à passer outre tes fausses croyances :

  1. Prise de conscience : Lorsque tu te surprends à penser négativement à propos de tes compétences en couture, prends un moment pour reconnaître ces pensées et comprendre qu’elles ne sont pas productives.
  2. Affirmations positives : Avant de commencer un projet, tu peux répéter des affirmations positives comme “Je suis capable de créer quelque chose de magnifique” ou “Chaque erreur est une chance d’apprendre et de m’améliorer”. Personnellement, j’aime me dire “Allez Sara, t’es une machine” 😂 c’est ridicule mais ça marche assez bien pour me motiver !
  3. Entoure-toi de positivité : Rejoins des communautés de couture en ligne ou des clubs de couture. Partage tes réalisations et tes défis avec des personnes partageant les mêmes intérêts qui peuvent te soutenir de manière positive.
  4. Définis des objectifs réalisables : Fixe-toi des objectifs de couture petits et atteignables. Cela peut être aussi simple que de coudre en ligne droite ou de terminer un ourlet. La satisfaction de réaliser ces objectifs peut améliorer ta perception de tes compétences.
  5. Tiens un journal : Tu peux y noter tes envies, progrès, réussites et même les défis rencontrés. Cela peut t’aider à analyser tes pensées et à trouver des solutions constructives. Et surtout, à ne pas reproduire les mêmes erreurs plusieurs fois.
  6. Auto-compassion : Lorsque tu as peur de faire une erreur en couture, traite-toi avec bienveillance. Rappelle-toi que même les couturiers expérimentés ont commencé par faire des erreurs.
  7. Méditation : Tu peux consacrer un temps à la méditation avant de commencer un projet de couture. La méditation peut réduire le stress et clarifier l’esprit, te permettant ainsi d’aborder la couture avec un état d’esprit serein.

En incorporant ces pratiques dans ta routine de couture, tu peux développer une approche plus positive de tes projets tout en affinant tes compétences. C’est la persévérance et l’attitude positive face aux défis qui forgent une couturière accomplie.

Femme sans fausse croyance faisant de la couture
Image de senivpetro sur Freepik

Mais voyons maintenant comment venir à bout des fausses croyances qui pourraient, toi aussi, te traverser l’esprit.

Fausse croyance #1 – Je n’ai pas le temps pour coudre

Souvent, nous avons cette perception que la couture exige des plages horaires considérables et ininterrompues. C’est alors difficile de se projeter quand on a l’impression qu’on “a déjà pas le temps” de tout faire dans sa vie personnelle. Pourtant, la couture est juste une histoire d’envie, pas de temps.

J’ai aujourd’hui une vie bien remplie, un travail qui me prend du temps, une enfant qui me prend de l’énergie et une maison à entretenir quotidiennement. Mais j’apprécie mes moments couture car je prends le temps de m’accorder du temps pour moi régulièrement. J’ai mis en place une organisation “Batch Sewing” où je consacre une soirée à une activité en particulier (assemblage du patron, découpe des tissus, couture, etc). Ainsi, j’ai le temps d’avancer sur mes projets. Peut-être moins vite que si ma vie était moins remplie mais je finis quand même des projets, je me vide l’esprit et je suis fière de partager mes créations.

Finalement, des séances courtes mais productives peuvent être bénéfiques, et même allouer 15 à 30 minutes par jour à la couture peut conduire à des progrès significatifs au fil du temps !

Pourquoi je fais tellement d’efforts pour caler des soirées couture dans mon emploi du temps ? Parce que la couture me fais du bien. Je travaille sur un ordinateur toute la journée et le fait de m’installer derrière ma machine me permet de libérer mes tensions et de finir avec un résultat concret.

Fausse croyance #2 – Je ne suis pas assez créative

La créativité en couture, comme dans d’autres domaines artistiques, peut être cultivée et affinée au fil du temps. Ce manque de créativité est souvent une idée qu’on se fait quand on se compare aux autres. Et avec les réseaux sociaux aujourd’hui, on a malheureusement beaucoup de monde à qui se comparer ! Remettre en question cette fausse croyance implique de reconnaître que chacun a son propre style créatif unique qui peut évoluer avec la pratique et l’exploration.

Mais chaque petite étape d’un projet couture implique de la créativité : la sélection de tissus, la combinaison de couleurs ou la personnalisation de modèles sont des formes de créativité. La diversité des projets de couture et la découverte de nouvelles techniques peuvent également stimuler l’imagination. J’ai d’ailleurs écris un article à ce sujet pour te donner des astuces pour t’aider à entretenir ta créativité au quotidien.

Si tu ne veux pas tomber à court d’idées entre deux projets couture, je t’aide aussi dans mon livre gratuit “8 idées pour ne plus tomber en panne d’inspiration”.

En fin de compte, cette croyance limitante peut être dépassée en comprenant que la créativité est une aventure personnelle. Et heureusement que la diversité créative est là pour nous inspirer 😉

Femme sans fausse croyance faisant de la couture
Image de senivpetro sur Freepik

Fausse croyance #3 – Il faut être douée pour coudre

Comme pour le manque de créativité, cette idée implique souvent une comparaison avec d’autres couturiers expérimentés. Mais la compétence en couture n’est pas une aptitude innée, mais plutôt le résultat d’une pratique constante et d’une expérience accumulée au fil du temps. Il faut comparer ce qui est comparable et se dire qu’un jour, eux aussi ont rencontré nos difficultés.

Les erreurs et les défis font partie intégrante du processus d’apprentissage en couture. Plutôt que de considérer les difficultés comme des signes d’incompétence, considère les comme de merveilleuses occasions d’apprendre et de t’améliorer.

Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends.

Nelson Mandela

N’écoute pas la petite voix qui te dit que tu n’est pas douée pour coudre. Au contraire, tiens lui tête et pratique régulièrement. Coudre de nouveaux projets et accepter tes imperfections te permettront de développer tes compétences en couture. Ta passion et ta persévérance sont souvent plus importantes que le talent inné et peuvent t’aider à dissiper cette croyance limitante. En fin de compte, la couture est une compétence accessible à tous ceux qui sont prêts à investir du temps et de l’effort dans leur apprentissage.

Fausse croyance #4 – La couture coûte cher

Cette idée découle souvent de l’association de la couture avec des images de machines coûteuses, de tissus de designer et d’accessoires haut de gamme. Mais la couture s’adapte à tes envies et à ta manière de consommer.

Bien sûr, ton premier investissement sera une machine à environ 100€ pour une entrée de gamme. Mais c’est un investissement qui sera bien vite rentabilisé. Personnellement, j’ai acheté une machine Silvercrest de chez Lidl il y a quelques années et à un prix très abordable. Elle tient toujours bien la route, se débrouille très bien avec les épaisseurs et j’en suis toujours très satisfaite.

Pour les tissus, tu es au bon endroit, je te montre au travers de mes articles comment donner une seconde vie aux vêtements qui dorment dans ton placard. Car non seulement tu peux faire de belles économies, mais en plus, tu peux réaliser de belles pièces avec des matières pour lesquelles tu as des souvenirs associés.

Pour la mercerie, je regarde beaucoup les sites de seconde main. Il n’est parfois pas nécessaire d’acheter du neuf au prix du neuf, je te détaille ma façon d’avoir un stock de mercerie pas cher juste ici.

Tu vois, tu n’es pas obligée d’investir directement dans du matériel haut de gamme. Pour apprendre au fur et à mesure, tu peux trouver des moyens créatifs d’optimiser tes ressources.

Femme sans fausse croyance faisant de la couture
Image de prostooleh sur Freepik

Fausse croyance #5 – Je ne peux pas apprendre à coudre seule

Inutile que je te parle de toutes les vidéos qui sont à ta disposition sur YouTube, IG ou d’autres plateformes d’apprentissage. Tu peux également trouver tout un tas de tutos écrits disséminés sur la toile. Et si tu es plus papier, tu trouveras certainement ton bonheur dans la librairie de ton quartier.

Dans tous les cas, tu n’es pas lésée sur les ressources actuelles. Mais ce qui te bloque dans le fait d’apprendre seule, c’est plutôt le fait de te lancer. Par où commencer ? Comment apprendre à utiliser une machine à coudre ? Etc.

Moi aussi je me suis posé ces questions. J’ai décidé de commencer par un projet facile et surtout utile. Ma première couture a été une pile de lingettes lavables et sa panière. Car la meilleure façon d’apprendre est de commencer quelque part et de pratiquer régulièrement. Se tromper, recommencer, persévérer, voici comment progresser et s’améliorer.

Apprendre seule est une belle aventure et surtout une aventure très gratifiante. Les projets que tu finiras te rendront très fière et te donneront envie de continuer ! Alors pas d’excuses pour ne pas te lancer.

Bonus : la couture est une activité solitaire

Et bien non. Et ta présence ici en est bien la preuve. Tu couds seule, certes mais la couture est bien une activité de partage. Il est d’ailleurs très important d’échanger et de partager avec les autres pour grandir et t’améliorer en couture.

J’ai d’ailleurs mis en place un groupe Facebook pour pouvoir partager sur notre passion commune, alors n’hésite pas à nous y rejoindre !


En résumé, si j’avais écouté mes fausses croyances, je ne serais pas là pour t’en parler. Je n’aurais pas rejoins le monde merveilleux de la couture et du partagé créatif. Je n’aurais pas eu ce sentiment de fierté que j’ai quand je montre un projet fini à quelqu’un. Et je n’aurais pas vu ma fille déambuler dans des tenues si belles… 🥰

Alors j’espère que j’ai réussi à te convaincre de te commencer (continuer ?) à coudre. Car les petites voix qui te soufflent que tu n’es pas capable de le faire seule ont tord ! Si j’ai pu commencer, tu le peux aussi.

Merci à Maud pour ce thème très inspirant qui t’aidera peut-être à franchir le pas. N’hésite pas à aller lire les articles des autres blogueurs participant à l’évènement, je te partagerai le lien de l’article quand il sera publié. En attendant, tu peux découvrir d’autres articles écrits par Maud. J’ai beaucoup aimé celui qui parle de prendre du temps pour soi, on en parlait justement tout à l’heure 😊

[ EDIT du 05/02/24 : retrouve l’article récapitulatif juste ICI 🫶 ]

Et toi, qu’est ce qui t’empêche ou t’a empêché de démarrer la couture ?

Si tu as aimé cet article, partage le 🫶